JOURNAL DE BORD


TÉLÉCHARGEMENT

MANOEUVRES DE PORT & AMARRAGE (PDF)

Généralités sur les manœuvres au moteur
Quelques principes à respecter | Protéger le bateau
Chronologie d’une arrivée au port
Gérer ses équipiers – Communiquer

Anticiper les réactions du bateau
Paramètres à prendre en compte | L’évolution du bateau
Fonctionnement du safran | Le pas de l’hélice
Les « coups de fouet » | Tourner sur place
La marche arrière | Manœuvrer vent de travers
Cas pratiques : départ sur garde | en vrac dans les pendilles

Amarrage, nœuds et matelotage
Les nœuds à connaître, passage des amarres, astuces
Amarrages : bord à quai, à couple, cul au quai, catway
Check-list moteur diesel | Schémas des circuits moteur


BIBLIOGRAPHIE

La croisière côtière et hauturière
Très bonne entrée en matière pour découvrir la voile dans toutes ses dimensions.
Olivier Le Carrer, Ed. Voiles Gallimard, 45 €.

RYA Competent Crew
Ouvrage très pratique et bourré d’illustration, qui reprend le programme du stage niv.1. En anglais, malheureusement non traduit.
Ed. Royal Yachting Association, 10 £.

Du bon usages des noeuds à bord d’un voilier
– P. Moreau, HS n°20, Voiles et voiliers.
Hors-série pratique, complet et très bien illustré par l’un des pontes français du matelotage. Toutce qu’il faut connaître est à l’intérieur.
– Patrick Moreau, HS n°20, Voiles et voiliers.

Noeuds et matelotage
– P. Moreau, HS n°35, Voiles et voiliers.
La suite, avec notamment pas mal de chose pour « maîtriser les cordages modernes »>
– P. Moreau, HS n°35, Voiles et voiliers.

Guide de Médecine à distance
Tome 1 : Consulter un médecin à distance.
Tome 2 : Soigner avec un médecin à distance.

– Dr Chauve, Ed. Distance Assistance

Ouvrages pour réagir efficacement en cas de problème médical à bord, par le spécialiste de la médecine de mer qui suit toutes les courses au large.

Sea survival
Mémento rappelant tout ce qu’il faut savoir pour survivre en mer, support des cours de la fédération anglaise RYA.
Sea survival – Edition Royal Yachting Association.

Manuel pratique de survie en mer
C’est le manuel présent dans le radeau, très instructif voire distrayant (à lire à l’abri…).
Centre d’Etude et de Pratique de la Survie – Edition Lavauzelle.

La Météorologie à l’usage du marin
Toutes les notions de base expliquées avec clarté, commencez par là si vous voulez comprendre la météo.
– Coord. par P. Bétis (Météo France), Edition Infomer.

Météo et stratégie : croisière et régate
Un livre clair et pratique pour naviguer à la voile. Cet ouvrage de référence a été rédigé par J-Y Bernot, navigateur et l’un des maître en matière de routage. Indispensable si la météo marine vous intéresse.
– J.Y. Bernot, Ed. FFV / Voiles Gallimard.

Météo locale : croisière et régate
Un autres bouquin du même auteur, pour « naviguer astucieusement dans un milieu complexe » (dixit l’auteur).
– J.Y. Bernot, Ed. FFV / Voiles Gallimard.

Navigation par gros temps
Ouvrage de référence sur le gros temps remis à jour, excellent comme toujours dans cette collection.
– Coles & Bruce, Edition FFV / Voiles Gallimard.

Naviguer en sécurité (pour la plaisance)
Ouvrage très clair du SHOM reprenant tout ce qu’un plaisancier doit savoir en matière de sécurité.
Edition SHOM.

Bloc Marine (Méditerranée)
L’indispensable pour naviguer : cartes pour les entrées de port, des planches sur la sécurité, info météo, textes obligatoires à bord.
– Edition Bloc Marine, 22 €.

Electricité et confort à bord
A. Brel, Ed. ETAI.

Propulsion et diesel marin
– J.L Pallas, Ed. ETAI.

Deux ouvrages qui réussissent le tour de force d’être complets et clairs, même si vous n’avez aucune notion. Très bien illustrés, avec de nombreuses photos et des éclatés de pièces.

Mémento Vagnon de la navigation astronomique
– F. Meyrier, Editions du Plaisancier.

Guide pratique de la navigation astronomique
– R. Florent, Edition du Pen Duick

Deux excellents bouquins pour comprendre et pratiquer la navigation astronomique, un peu complexe au premier abord.

Codes Vagnon : côtier, hauturier et test hauturier

Livres de préparation pour les permis bateau (moteur), pas spécialement bien conçus mais qui reprennent toutes les connaissances demandées.

GUIDES DE NAVIGATION – PILOTES
Ces guides de navigation sont utilisés conjointement aux cartes marines et apportent des informations précises sur les lieux, les ports, les mouillages…

Les pilotes IMRAY (le SHOM Britannique) sont généralement très complets, avec de belles cartographies.

Le guide « Patuelli » fait autorité pour naviguer aux Antilles.

PHOTOS & VIDÉOS

Cartes

  • Carte marine Marseille
  • Carte Marine - Les îles du Levant
  • Carte marine - Transat retour
  • Carte marine Martinique & Grenadines
  • Carte marine - A/R Corse
  • Carte Marine - Baléares et Barcelone
  • Carte marine Corse

Albums photos

Vidéos

QUESTIONS FRÉQUENTES

Revient-on à Marseille tous les soirs ?

Non, tous nos stages sont des stages « embarqués » et l’on change de lieu tous les jours. Notre zone de navigation est magnifique, il serait dommage de ne pas en profiter.

Quel est le profil de « l’équipier type » ?

Il n’y en a pas vraiment. Il y a autant de femme que d’hommes à bord, de 4 ans à 65 ans ! Les points communs entre tous nos équipiers : l’envie d’apprendre, de comprendre et de passer des vacances actives en mer. Les stages sont ouverts aux jeunes accompagnés à partir de 14 ans.

Comment se passe la cohabitation avec les autres équipiers ?

La rencontre et l’échange avec les autres équipiers font partis des plaisirs de la vie à bord. La vie collective s’organise simplement et d’elle-même : il n’est pas question de faire un planning pour les corvées.

Devrais-je partager ma cabine avec un équipier que je ne connais pas ?

Non, nous veillons à ne pas mettre deux équipiers qui ne se connaissent pas dans la même cabine lors des inscriptions.

Passe t-on les nuits au port ou au mouillage (à l’ancre) ?

Les conditions météo (stables ou instables) et les abris possibles (de la houle notamment) déterminent s’il est possible d’aller jeter l’ancre en sécurité ou non pour la nuit. Le skipper prend sa décision en tenant compte de l’équipage et des éventuels malades à bord, qui sont généralement bienheureux de retrouver la terre ferme le soir.

Quand la météo impose d’aller s’abriter dans un port pour la nuit, il est généralement possible d’aller jeter l’ancre quelques heures dans la journée. A choisir, nous préférons bien sûr les mouillages sauvages aux ports !

Je veux m’inscrire à un stage, suis-je sûr qu’il aura bien lieu avant de poser mes congés ?

Nous vous informerons du remplissage du stage qui vous intéresse lors de notre premier contact et nous vous tiendrons au courant en temps réel si le stage n’est pas confirmé (avant que vous ne posiez vos congés). Seulement deux stages ont dû être annulés la saison dernière et nous n’avons laissé personne sur le carreau.

Qu’est-ce que la « caisse de bord » ?

Caisse de bord : frais de nourriture, de port et de gasoil | Environ 20€ / jour / pers.

La caisse de bord, usage maritime, regroupe les frais variables de la navigation : nourriture, frais de port et de gasoil. Elle est à la charge des équipiers du bord, le skipper (qui travaille) n’y participe pas.

Il est pratique de prévoir cette somme en liquide, mise en commun dans un portefeuille pour régler tous les frais au quotidien (et éviter ainsi les calculs savants en fin de navigation).

La caisse de bord est comprise pour les stages de 2 et 3 jours. Nous nous occupons de l’avitaillement pour ne pas perdre de temps au départ.

Comment se déroule une journée type de stage, quels sont les horaires ?

Les horaires dépendent – comme pas mal de choses en bateau – des conditions météos. Il peut par exemple être judicieux de partir très tôt par Mistral, quand le vent fraîchit dans la journée et se calme la nuit. On peut aussi décider de partir en fin de matinée si une séance de manoeuvres dans le vent fort est prévu : deux heures de navigations suffiront pour « rincer » l’équipage.

Un point météo / carte est fait tous les matins pour définir le programme de la journée. C’est aussi l’occasion de reprendre tranquillement ce qui a été fait la veille et de répondre à toutes les questions.

Peut-on se baigner pendant les stages ?

Ce serait dommage de ne pas en profiter, tout le monde est généralement d’accord. L’organisation et le rythme des stages sont décidés collectivement, le topo météo et carte du matin sert aussi à ça.

Je n’ai jamais mis les pieds sur un bateau, est-il possible d’embarquer avec vous ?

Bien sûr ! Les mini-stages sur les week-ends et les stages côtiers sont faits pour vous.

J’ai pas mal navigué et je voudrais faire un stage avec ma femme qui est débutante. C’est possible ?

Choisissez les mini-stages ou les stages côtiers : ils sont ouverts à différents niveaux pour ce genre de cas. Ce serait dommage de faire un stage chacun de son côté… Le skipper peut individualiser son enseignement du fait du nombre limité de stagiaire.

J’ai 63 ans et j’aimerais embarquer sur un stage, est-ce possible ?

Il faut être en forme et motivé pour embarquer, c’est tout. Il n’y a aucune limite d’âge. Passez-nous un coup de fil pour en discuter !

Quelle est la meilleure saison pour naviguer en Méditerranée ?

La météo est capricieuse en Méditerranée, et même si les conditions sont meilleures en été le beau temps et un vent « médium » ne sont jamais garantis. Les mois les plus sympas sont Juin et Septembre, avec généralement d’excellentes conditions de navigation et peu de plaisanciers. Les jours très longs du mois de Juin en font pour nous le meilleur mois pour la croisière.

Que fait-on quand nous sommes bloqués au port par du mauvais temps ?

Quand les conditions de vent et de mer rendent la navigation dangereuse, on en profite pour s’intéresser à des sujets rarement abordés. Selon le type de stage, l’équipage et sa motivation, on peut ainsi désosser les bateau pour voir comment il est construit, s’intéresser aux cartes, à la météo, au moteur diesel, au gréement, … Il y a de quoi faire, chaque thème pourrait faire l’objet d’une semaine de formation.

Une balade en bord de mer est généralement l’occasion de voir un spectacle grandiose quand le vent souffle fort ; on peut aussi se prévoir un bon repas pour le soir.

Si le mauvais temps nous empêche de sortir, serais-je remboursé ?

Il n’y a pas de remboursement si les conditions ne permettent pas d’aller naviguer, ce qui ne nous arrive en moyenne 5 jours par an. Le skipper, garant de la sécurité, prend la décision de sortir ou non en fonction de la force du vent et de l’état de la mer. Les activités à bord ne manquent pas. Certains jours, il n’est tout simplement pas raisonnable d’aller en mer !

Que mange t-on en mer ?

L’Echappée Belle est équipé d’une petite « cuisine aménagée » avec une gazinière, un frigo, de la vaisselle et des ustensiles de cuisine pour un équipage de 8 personnes. Des performances culinaires ont été réalisées à bord (couscous « royal » pour 6 personnes) et tout est possible en prenant le temps.

Lorsqu’on navigue à la journée, on mange généralement des sandwichs / salades à midi. Le repas du soir est plus consistant et cuisiné. Hors saison quand il faut lutter contre le froid, la soupe est notre meilleure alliée…

Cuisiner est parfois délicat quand la mer est agitée, mais bien manger est important pour le moral de l’équipage. C’est généralement le skipper qui s’occupe de la « cambuse » quand ça brasse. Trois feuilles de basilic, quelques rondelles de tomates, quelques épices et un filet d’huile d’olive transforment souvent un « jambon beurre » en repas de fête à bord.

J’ai peur d’avoir le mal de mer. Comment cela se gère t-il ?

Le mal de mer (ou naupathie, le mal des transport) est un phénomène physiologique normal bien que très désagréable. Il peut se traduire de différentes manières et atteindre chacun à différents degrés. Les grands skippers qui font de la course au large comme les marins de cargo sont eux aussi touchés par ce mal.

L’organisme s’habitue progressivement aux mouvements du bateau, prévenir et gérer son mal de mer demande un apprentissage. Les conseils du skipper vous aideront à vous « amarriner » en douceur : rester actif, se positionner aux endroits qui bougent le moins sur le bateau, boire du coca, …

Quand on est vraiment malade, la solution consiste à aller se coucher dans le carré au chaud et au sec. Le mal de mer est un trouble de l’équilibre qui passe en position allongé. On s’endort en général rapidement.

Comment le skipper peut-il gérer le bateau avec une équipage débutant ?

C’est son boulot ! Notre expérience permet d’anticiper ce qu’il va se passer : choix de la voilure, anticipation des erreurs des équipiers, … Choisir la bonne zone de navigation (abritée par vent fort ou avec une petite brise par vent faible) est également essentiel.

Y a t-il une douche à bord de l’Echappée Belle ?

Non : les réserves d’eau du bateau ne permettent pas d’avoir une douche à bord : les voiles et le matériel de navigation sont prioritaires à bord. Il est possible de se dessaler au mouillage (à l’ancre) et les ports sont tous équipés de sanitaires.

Y a t-il du 220 volts pour recharger mon portable et mon appareil photo ?

Quand le bateau est au port, il est branché sur le quai et on a donc du 220V « comme à la maison ». En mer ou au mouillage, deux batteries assurent l’énergie à bord : il est donc possible de charger les appareils électroniques via une prise allume-cigare si vous avez un adaptateur. Ces batteries sont rechargées par le moteur ou par un chargeur automatique quand le bateau est branché à quai.

Peut-on pêcher à bord ? Puis-je apporter mon matériel ?

Ce serait dommage de se priver ! On pêche à la traîne quand les conditions sont bonnes et qu’on « fait de la route ». C’est plus délicat pendant les séances de manoeuvres : les lignes risquent de s’emmêler et de passer sous le bateau… les pêcheurs les plus acharnés s’y risquent parfois !

Il est possible de pêcher à la canne le soir et le matin, au port comme au mouillage.

Quelles sont les activités à bord, hormis la navigation ?

– Baignade et exploration des fonds (masques et tubas à bord)
– Pêche (quelques traînes et un peu de matériel à bord)
– Musique : lecteur de CD / MP3 / CLE USB). Une guitare est à bord.
– Lecture : très bonne bibliothèque technique + quelques livres, magazines et BD.
– Cuisine

Si un problème de dernière minute m’empêche d’embarquer, serais-je remboursé ?

Si une autre personne s’inscrit pour compléter le stage et vient prendre votre place, nous vous remboursons votre acompte. Dans le cas contraire, nous ne pouvons vous rembourser. Une assurance annulation est proposée en cas de décès, maladie, perte d’emploi, etc.

Toutes les infos : www.ouest-assurance.com

Comment sont calculés les tarifs ?

Les tarifs permettent de rémunérer les skippers (qui enseignent et naviguent toute l’année) et de payer les bateaux et leur entretien. Les prix des stages correspondent aux coûts réels, Vent du Large est une association loi 1901 à but non lucratif.

Certaines structures pratiquent des prix très bas, qui s’expliquent :
– par le nombre importants de stagiaires à bord
– par le choix de bateaux low cost, non adaptés à l’enseignement et très peu équipés
– par des skippers bénévoles, non professionnels.

Quel matériel dois-je prévoir pour embarquer ?

Télécharger notre document PDF sur les Formations voile, vous trouverez une « check-list » pour préparer votre sac. Nous pouvons vous prêter des cirés (6 cirés complets sont à bord de l’Échappée Belle. On s’arrange le premier jour pour les tailles.

Le matériel de sécurité individuel (gilet / harnais automatique avec longe et flashlight) est fourni : il fait parti de l’équipement du bateau.

Nous habitons loin de Marseille : pouvons-nous arriver la veille, même très tard ?

Oui, sauf si le bateau n’est pas disponible : généralement quand un groupe de jeunes passent une dernière nuit à bord à l’issue des séjours éducatifs. Nous pourrons vous le dire lors de votre réservation. Si vous arrivez dans la nuit et que le skipper est couché, il vous laissera les infos pour que vous puissiez vous installer tout seul.

Pourquoi les stages commencent-ils à 10 heures et se terminent-ils à 16 heures ?

Ces horaires permettent au skipper d’aller chercher du matériel, de régler les problèmes techniques et d’intendance entre deux navigations. Ils permettent aussi à nos stagiaires qui viennent de loin d’arriver ou de repartir tranquillement.

Nous aimerions organiser une semaine en mer pour 12 personnes, est-ce possible ?

Pourquoi pas ? Nous affrétons plusieurs bateaux avec skipper pour naviguer en flottille.

A partir de quel âge les enfants peuvent-ils embarquer pour un stage en famille ?

Il n’y a pas d’âge minimum – ni d’âge maximum d’ailleurs – pour naviguer. L’important est d’adapter le rythme et le programme pour les plus petits à bord : l’objectif est de leur faire découvrir la voile et la vie à bord en douceur. C’est pour cela que nos stages ne sont pas ouverts aux jeunes enfants, mais aux ados motivés à partir de 14 ans.

Peut-on envisager une traversée vers la Corse avec des enfants ?

Si l’équipage est motivé et a déjà une expérience de la navigation : pas de problème. Nous effectuons plusieurs traversée par an avec des enfants, aussi bien dans le cadre de séjours éducatifs que de navigations en famille.