APPRENDRE À NAVIGUER

Le compas magnétique, toujours indispensable à bord

 

Chaque stagiaire participe selon son expérience, ses capacités et sa motivation. Le plaisir est le moteur de l’apprentissage.

Après une évaluation de votre niveau, nous fixons ensemble des objectifs réalistes pour votre formation. Les niveaux que nous utilisons sont inspirés de ceux de la Fédération Française de Voile et de la très rigoureuse Fédération Anglaise (RYA).

Pour en savoir plus : contenus des formations (PDF)

Les stages visent à vous rendre opérationnel à bord en privilégiant la pratique et la multiplication des mises en situation. Les apports théoriques illustrent ce qui est mis en place sur l’eau et sont développés selon les interrogations de chacun. Le rôle du skipper est d’assurer la sécurité permanente du navire et de mettre l’équipage en situation en fonction de son niveau, pas de faire marcher le bateau.

Pour choisir votre stage : contactez-nous

 

Vidéo - Au près dans 45 noeuds de Mistral

Différents objectifs :
– apprendre les rudiments de la voile
– devenir autonome en navigation côtière
– découvrir la navigation hauturière
– devenir autonome au large
– préparer une location de bateau<
– Préparer un voyage
– Préparer l’achat d’un bateau


DÉROULEMENT ET VIE À BORD

La navigation, la routine du voilier et le choix du programme sont décidés collectivement.

Bonne humeur et convivialité
Ce sont les ingrédients de base pour la réussite des stages, qui ne nuisent jamais à la qualité de l’enseignement. Chacun participe aux tâches quotidiennes du bord et la vie s’organise naturellement. Il n’est pas question de faire un planning de vaisselle…

Escales et horaires
Les escales et les heures de départ sont choisies en fonction du déroulement de la navigation et de l’apprentissage. Le rythme est dicté par la météo, qui peut nous faire appareiller à 6 heures du matin comme nous accorder une grasse matinée. Un point carte et météo est fait tous les matins avant l’appareillage.

Album - Navigation à la voile vers les Baléares et Barcelone

Spécialités
Confitures maison, fromages, chocolats, vins fins et spiritueux sont très appréciés à bord. Pensez à apporter des spécialités diverses à partager avec l’équipage.


AUTONOMIE ET EXPÉRIENCE

Naviguer à la voile est une affaire d’expérience
Les compétences nécessaires au skipper varient en fonction de la navigation, du bateau et de l’équipage. L’autonomie s’acquiert progressivement, au fil des jours et des nuits passés en mer. On devient d’abord à l’aise dans de bonnes conditions météo, sur un petit voilier que l’on connaît, dans une zone côtière facile et avec un équipage qui est capable de nous aider efficacement. Petit à petit, on est à l’aise dans des conditions de vent et de mer plus difficiles, on peut partir plus loin, sur des bateaux plus grands…

Attestation de formation
Nous pouvons vous délivrer une attestation de formation à l’issue des stages, précisant la distance parcourue, le déroulement de la formation et votre capacité à bord.
Une expérience de 1000 milles est demandée pour entrer en formation skipper « Capitaine 200″ (Marine Marchande) et pour valider le permis voile Suisse. Cet ordre de grandeur est intéressant, il atteste d’une expérience significative qui permet de cerner le milieu marin et ses dangers.

Contenu des formations

Album - L'Échappée Belle, voilier de l'école de voile

Location de bateau
Il n’y a pas de permis pour naviguer à la voile en France : Les permis côtiers et hauturiers concernent uniquement les bateaux à moteur. Les loueurs de voilier demandent un « CV Marin » pour évaluer votre capacité à naviguer.


MÉTÉO

Les stages dépendent pour beaucoup des conditions météo rencontrées : un niveau 1 par petit temps et par gros temps ne développera pas les mêmes compétences.

Les conditions météo tranquilles permettent de travailler la finesse des réglages de voile, d’affiner ses sensations à la barre ou de descendre à la table à carte pour faire le point. En cas de pétole (pas de vent du tout), on en profite généralement pour aller jeter l’ancre dans des coins habituellement inaccessibles : c’est le lot de consolation.

Les stages plus « musclés » développent votre aisance dans les déplacements sur le pont, vous apprennent à travailler avec le harnais et à multiplier les manoeuvres de réduction de voilure. Nous sommes bloqués au port environ 5 jours par an, uand le vent est supérieur à force 8 avec la mer qui va avec… Les activités à bord ne manquent pas pour les curieux : météo, navigation et travail de carte, construction du bateau, mécanique, gréement, …

Vidéo - Fort coup de vent à tempête

Vidéo - La balançoire